You are currently viewing De « Tintin » à « Lucky Luke » : Qu’est-ce qui fait le succès de la bande dessinée belge ?

De « Tintin » à « Lucky Luke » : Qu’est-ce qui fait le succès de la bande dessinée belge ?

Les héros de bandes dessinées belges comme Lucky Luke et les Schtroumpfs jouissent d’une reconnaissance mondiale. Mais qu’est-ce qui fait de la Belgique le premier producteur européen de bandes dessinées ? Dickie et Cie peuvent-ils s’imposer sur la scène internationale ?

Les héros les plus connus de la bande dessinée belges 

Tintin et Milou

 

La soif de Tintin et Milou de résoudre des mystères les a amenés à parcourir le monde entier et au-delà, y compris une expédition spatiale en 1950, bien avant la mission lunaire de Neil Amstrong. Les deux aventuriers étaient assistés par le capitaine Haddock, inébranlable mais grossier et perpétuellement ivre, le professeur Tournesol, distrait, et les détectives Dupond et Dupont, naïfs et peu adroits.

Spirou et Fantasio

 

Spirou a commencé sa carrière en 1938 comme groom dans un hôtel, où il a rencontré le reporter Fantasio en 1943. Ensemble, le couple a vécu de nombreuses aventures au cours desquelles ils ont rencontré de nombreux autres personnages centraux : Le cousin maléfique de Fantasio, Zantafio, le scientifique fou Zorglub, le mafieux malchanceux Don Vito Cortizone et la créature Marsupilami.

Marsupilami

 

Le Marsupilami vit dans la jungle de Palombia et appartient à la famille des monotrèmes (comme l’ornithorynque et l’échinda). Avec sa queue de huit mètres de long et son appétit pour les piranhas, il est timide et rare mais possède de super pouvoirs. Ses plus grands ennemis sont le jaguar qui s’attaque à ses petits, et le grand chasseur Bring M. Backalive, qui veut attraper le Marsupilami et le vendre à un parc animalier.

Lucky Luke

 

Lucky Luke et son fidèle cheval, Jolly Jumper, sont les gardiens de la justice dans l’Ouest sauvage depuis 1946. Leur ennemi est le célèbre gang des frères Dalton, qui non seulement attaque les diligences et les banques, mais terrorise les citoyens innocents. Jolly Jumper est toujours l’acolyte loyal et fiable de Luke, qui non seulement joue aux échecs, mais peut aussi se mettre en selle et grimper aux arbres.

Ric Hochet

 

Depuis plus de 55 ans, Ric Hochet résout des mystères difficiles. De 1955 à 2010, le reporter et détective amateur a vécu 77 aventures au total, se heurtant à toutes sortes de « némésis sauvages », des loups-garous aux vampires. Mais au bout du compte, les intrigues sont résolues de manière un peu fade.

Les Schtroumpfs

 

Les adorables petites créatures bleues, avec leurs maisons en forme de champignon et leur forêt enchantée, sont devenues célèbres en 1958. Pour la plupart, les Schtroumpfs sont musicaux et travailleurs (à l’exception de Lazy, qui s’endort même debout). Les pouvoirs magiques du Grand Schtroumpf l’aident à protéger ses moutons, mais surtout à les protéger du méchant sorcier Gargamel qui aime chasser les Schtroumpfs.

Silence

 

Sorti en 1980, « Silence » est le plus grand succès de l’écrivain et illustrateur Didier Comès, pionnier du roman graphique. Serviteur muet et un peu arriéré du fermier Abel, Silence est maltraité par son employeur. Mais ne voyant que le bien chez les gens, il ne se rend pas compte qu’il a été rejeté comme un étranger dans le village. Lorsqu’il tombe amoureux d’une sorcière, le mal reprend ses droits.

Le Chat

 

« Le Chat » était une bande dessinée de Philippe Geluck publiée dans le journal “Le Soir » de 1983 à 2013. Elle mettait en scène un chat obèse en costume-cravate qui aimait faire jaillir des idées parfois absurdes sur la vie et la politique – et commente ici la prédominance des hommes dans la formation de l’UE. « Le chat est un outil qui me permet de dire ce que j’ai envie de dire », a déclaré un jour M. Geluck.

Dickie

 

Depuis sa première publication en 2001, Dickie est l’histoire d’un fermier qui est aussi un désastre ambulant. Créé par l’illustrateur flamand Pieter de Poortere, Dickie se glisse dans des rôles bizarres et différents : Il est Ben Laden, parfois le fils d’Hitler, et soudain Marilyn Monroe. Alors que le pauvre Dickie pense que les choses ne peuvent pas être pires, elles le sont toujours.

L’histoire de la bande dessinée belge

 

Mais la manie belge pour les histoires illustrées ne se limite pas aux légendaires Aventures de Tintin, ce classique intemporel de la bande dessinée, publié pour la première fois il y a 90 ans.

 

Avec plus de 700 auteurs de bandes dessinées, la Belgique abrite la plus forte densité de créateurs et d’illustrateurs de bandes dessinées au monde », indique le site touristique officiel de Bruxelles, capitale nationale de la bande dessinée.

 

En effet, le tirage total des séries de bandes dessinées atteint le chiffre stupéfiant de 40 millions d’exemplaires par an et représente 60 % des recettes annuelles de l’édition en Belgique. Il n’est pas étonnant que ce pays considère la bande dessinée comme le « 9e art ».

Hergé, un précurseur

 

La tradition de la bande dessinée en Belgique est bien sûr le plus souvent liée à Georges Remi, l’auteur de la série mondialement connue des Aventures de Tintin, sous le nom de plume d’Hergé. La série de bandes dessinées sur Tintin et son fidèle terrier blanc est d’abord apparue dans un supplément pour enfants du journal belge Le Vingtième Siècle, mais a rapidement suscité l’enthousiasme des adultes. Et pas seulement dans le pays d’origine de la bande dessinée : Tintin s’est vendu dans 85 autres pays du monde.

 

« Aucun Belge ne reste aussi connu que Tintin », a déclaré Didier Leick, porte-parole du Musée Hergé. « Tintin n’est pas typiquement belge, c’est un héros universel mais ce n’est pas un super-héros. Il reste un personnage attachant qui nous captive. »

 

L’œuvre d’Hergé a inspiré d’innombrables personnes à prendre la plume et à maîtriser l’art de raconter des histoires en images. Il est à l’origine du style d’illustration de la ligne claire, avec ses lignes claires et fortes, ses contours précis, ses couleurs vives et ses faibles contrastes, qui sont devenus la norme pour les générations d’illustrateurs de bandes dessinées à venir.

 

La popularité du genre BD s’est accrue grâce aux deux séries hebdomadaires de bandes dessinées : En 1938, l’éditeur Dupuis lance Spirou, un magazine de bande dessinée qui comprend l’histoire éponyme de Spirou, un page de l’hôtel Moustique et de son acolyte, l’écureuil Pips ; et à partir de 1946, le père de la bande dessinée belge, Hergé, publie Tintin à Bruxelles. Ces deux magazines ont mis en valeur le talent de jeunes auteurs et ont façonné la scène de la bande dessinée européenne pour les décennies à venir. Découvrez en plus sur Spirou et les bd de Franquin.

L’ère du manga

 

En l’honneur de tous les héros de bande dessinée locaux, un musée de la bande dessinée a été ouvert à Bruxelles en 1989. Les personnages de bande dessinée sont également immortalisés sur de nombreux murs à travers le pays, ainsi que lors de la parade annuelle du Jour des Ballons, qui fait partie d’une foire de la bande dessinée où des personnages de bande dessinée gonflés défilent sur les principaux boulevards de Bruxelles.

 

Les nouveaux héros de bande dessinée belges ne sont toutefois plus aussi connus que Tintin ou les Schtroumpfs. Les mangas japonais dominent depuis longtemps le marché international. Mais en Belgique au moins, les citoyens restent fidèles à leurs héros nationaux fictifs.